Lofoten Jour 2 – Sur le chemin de Kabelvåg

Publié le par Fablyrr

 

C’est ainsi que de bon matin, un dimanche je me rends à Kabelvåg, petite ville ne dépassant pas les 2000 habitants, réputée pour son port de pêche et le petit musée sur ce thème. Je ne me fais pas d’illusion, un musée ouvert dans un petit village norvégien un dimanche de saison morte, il ne faut pas rêver. Mais ce n’est pas important Le petit guide me « vend » une marche de 5km pour arriver à bon port. Ajoutons en un pour quitter la ville et ensuite nous verrons si nous prolongeons ce chemin jusqu’au lac non loin. Ce lac est à 3km de mon objectif, de là je suis sensé pouvoir en faire le tour (12km), mais on ne va pas s’emballer, on va déjà relier les deux points importants.

  lofoten 4986web

 

Le chemin se fait le long de la E10. Cette route traverse de haut en bas les îles Lofoten. D’ailleurs, petite parenthèse, je suis dans les pas du lynx. Enfin si on veut caf Lofoten veut dire (si mes sources ne sont pas mauvaises) : patte de lynx (en raison de la forme des îles). Ce petit instant culture mis à part je marche donc sur cette piste (pour vélo ?) qui fait la largueur d’une voie à sens unique, et je marche. A la sortie de la ville la zone industrielle. Ca me rappel Trondheim et sa même zone moche à traverser pour atteindre la superbe côte. Ici pétrole, réservoirs, camions, chantier navale, béton.

lofoten-4979web.jpg

 

Bref que du bonheur cent pour cent naturel. Je marche donc. Pas très palpitant mais à partir de la moitié du chemin, on voit enfin un peu la côte, ses îlots, ses contours déchirés comme une feuille de papier. C’est pas mal mais ça manque un peu de peps tout ça !

Donc je marche. Enfin, j’arrive à la cathédrale ! Oui efin c’est plus une grosse église, mais comme elle peut accueillir 1200 personnes et qu’elle date du 19e siècle, ça ne rigole pas. Surtout que dans le coin, j’ai l’impression qu’on ne rigole pas trop sur le sujet. Au passage j’ai pu voir des églises méthodistes, des lieux de culte de témoin de Jehova.

 

lofoten 4920web

 

Revenons à cette belle bâtisse de bois qui empiète sur la mer, de chaque côté à ses pieds l’eau est gelée, figée dans la position meurtrie par le vent glacial de la veille. Je suis donc en bordure de ma destination et décide de faire un tour dans ce lieu de culte.

lofoten 4921web

 

Bon autant pour l’idée du lieu de refuge, de l’église du dieu qui ouvre ses portes tout ça. Ici c’est fermé à clé et on a une pancarte qui vous signale que c’est sous alarme. Non mais oh ! Donc après tout ça, cela nécessite une pause au chaud. Je demande mon chemin à une gentille dame et sa fille. Autre parenthèse, les insulaires sont vraiment très gentils et il ne faut pas hésiter à les aborder. D’un côté vous pouvez souffrir au bord de la route et on ne s’arrêtera pas, mais de l’autre, si je comprends bien le fonctionnement : « il fallait demander ». Donc, je suis la direction pour arriver au centre ville. Encore ghost town ! Rue désertes, boutiques en travaux, je marche sur le béton en profitant de la belle vue de ce petit port tout mignon aux couleur chaleureuses. Un bar ? Oui ! Je m’y dirige, il est 11h52, le jour commence enfin à se lever. Le bar est fermé, il ouvre à midi.

 

Je fais donc un petit tour pour découvrir une sorte de bar restaurant. Un solide gaillard un peu trop rouge (pas forcément à cause du froid) y pénètre et je le vois se diriger vers le comptoir. L est midi, je retourne à l’autre bar. Un café, et pour ne pas se laisser aller : une mini pizza. La serveuse-barmaid-gérante-cuisinière, me demande si je veux viande ou saumon. Dans un port de pêche en Norvège il serait dommage de se priver de saumon. Dix minutes plus tard voici mon assiette. Miam ! Sauf qu’il y a une petite sauce anchois ajoutée dessus. Adieu le gout du saumon….

Pour me réconforté, je me prends un carotte-cake. Les pâtisseries c’est un peu comme en Allemagne, c’est probablement plein de choses mauvaises pour la ligne mais qu’est-ce que c’est bon ! Midi et demi, un duo de femmes âgées entre pour une opération thé-patisserie, des gens arrivent. Peu de temps après je quitte les lieux et hésite à savoir si je vais voir se lac. C’est à trois km mais après le km pour quitter la ville ici aussi. Petite adition qui nous amène à penser au retour. La lumière est en train de baisser, le froid de revenir…. Au puis mince, je vais aller jeter un œil, au pire je n’irai pas jusqu’au bout, mais je ne veux pas être déçu de ne pas avoir tenté de m’y rendre.

lofoten 4929web

 

En effet c’est un peu sport, plus on avance moins c’est une route, jusqu’au petit sentier « boueux » tout cela pris dans la glace ; je croise des autochtones qui me disent de bien faire attention, et je continue. Superbe décor, des couleurs dans le ciel qui me transportent directement dans les sections nordico-flamandes des musées. Ah oui il faut aussi regarder où poser ses pieds.

Et là, un cri !

lofoten 4932web

Je regarde pas mal de séries policières, un cri dans un coin abandonné de la Norvège, celui probablement d’une petite fille ça pourrait faire penser à plein de choses horribles. Heureusement en avançant il y en a un second. Non, je ne suis pas sadique, j’ai trouvé la planque des autochtones. Tout le monde n’est pas si déçu de ne pas savoir son mètre de neige, surtout eux avec leurs boissons chaudes, leurs saucisse à faire griller et les 80 cm de glace où faire du patin sur un lac (je n’invente pas l’épaisseur hein, je fais du social : je parle aux gens des fois). Bref tout le monde est heureux.

lofoten 4941web

 

Je prends quelques photos mais le soleil me fait un clin d’œil pour me rappeler qu’il va se faire la malle et que je vais rentrer de nuit. Et oui on dépasse les 13h quand même.

 

lofoten 4964web

Donc je rentre sagement, en évitant les glissades, par la même route, qui elle, même dans l’autre sens n’est toujours pas intéressante. Je vais reposer dans mon rorbu, pense qu’il va falloir aller à l’office du tourisme. Un peu de repos, je me bats de nouveau avec le poêle qui crache tellement de fumée qu’il déclenche l’alarme incendie, mais tout est sous contrôle. Je me remets en mode pause. Soudain,  mon cerveau se mets en alerte d’un seul coup : par la fenêtre, elle est là !

To be continued

Publié dans Carnet de voyages

Commenter cet article

Charlotte 13/01/2014 16:30


Et les aurores boréales ?

Fablyrr 13/01/2014 16:37



j'essaye de travailler un peu avant de sortir au Ice Magic. Comme il faut travailler un peu les photos....vous aurez ça plus tard.