Finlande - Lapland jour 5

Publié le par Fablyrr

Oui vous avez remarqué, pas de message pour hier. J’ai résumé dans le message précédent ma journée « OFF » et à quelques photos près je n’ai rien à ajouter. Aujourd’hui j’ai été racketter la montagne ; Enfin disons que j’ai loué des raquettes (snow shoes comme on dit ici) pour aller faire de la randonnée. Je voulais mettre les pieds dans les Tunturri tout de même. Comment ça vous ne savez pas ce que c’est. Ce sont des montagnes, enfin plus proche de collines. Elles font parties des plus vieilles du monde, érodées par les millénaires. Visuellement vu d’avion c’est bosselé et plus ou moins clairsemé d’arbres. Sur la terre ferme c’est autre chose ; Mais au début il y  a la location. Les gens sont toujours très sympas et lors de la location j’ai rencontré un américain sympa qui m’a filé quelques tuyaux pour le chemin à prendre.  Lui l’ayant fait deux jours plus tôt par temps clair… et moins 25. Donc nous sommes descendus au pied de la butte de Saariselka et il m’a indiqué le début du sentier. Avec version longue pour arriver en haut de la montagne. De l’autre côté, là ! Suivre la piste orange ; Lui est parti à l’opposé avec ses skis de fonds et je me suis vite retrouvé seul au milieu de la neige. Bon j’ai marché pas mal avant de me sentir vraiment isolé car même si c’est pas une grande ville il y a un bâtiment en construction. Donc du bruit ; Sans compter les motards qui arpentent les environs. Donc sur toute la randonnée  je n’ai eu qu’un tier bien isolé du monde. Mais ça c’est plus tard. 

Photos-3902web.jpg


Là encore, une première fois pour mois avec des raquettes. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Au début je n’ai pas bien vu l’utilité du truc puis à force d’avancer, même sur les sentiers piétinés, pentes et épaisseur de neige ont eu raison de m’éduquer sur le bien fonder de ces engins que l’on met au pied. C’est plutôt très sympa. D’ailleurs je me sens plus libre avec ça aux pieds que des skis de fond. Donc j’ai suivi sagement la double piste verte/orange avant qu’elle se divise. Option randonnée 6km au lieu de deux.

 

Photos-3905web.jpg

Bah oui parce que marcher 2km dans la neige ce n’est pas une rando je trouve. Tout au long il y avait des traces. On se plait alors à penser à des animaux sauvages mais 80% appartiennent sûrement aux chiens du coin. Le reste, j’ai cru déceler des traces de rennes et d’autres plus petites. Lapins, lemming. Pas très gros quoi. Mais évidemment, le bruit au loin et celui que je fais avec les raquettes est sans pitié pour avertir longtemps à l’avance qu’un crétin d’humain arrive avec ses gros sabots. J’ai entendu ce que je crois être une bruit de chouette un moment mais même pas sûr. Sinon deux ou trois piafs qui se moquaient allègrement de mon rythme dans certaines montées bien raides, mais rien de bien sauvage. Autour, la neige et les arbres. En dessous aussi la neige d’ailleurs, car proche de cours d’eau ou ravin, ça sonnait un peu creux quand on marchait dessus. Mais vu qu’il y a en moyenne 80 cm de neige et glace, il y a de la marge. Puis au bout d’un moment il ne restait plus que ces petits piquets avec une marque orange. Et une bonne montée.

 

Photos-3910web.jpg

Et d’un seul coup, la gentille brume vue d’en bas, m’a regardé de travers. A 30 mètres, le blanc absolu. Pas grave on continu. Puis comme je suis entêté, elle aussi : 20 mètres = grand blanc. Non mais c’est pas vrai !! ? Je continu car je vois encore les piquets baliser le sentier. Et d’un seul coup on est à 10 mètre de brouillards blanc.  Des fois faut se dire qu’il ne faut pas être borné au point de frôler la stupidité. Donc j’ai continué mon périple jusqu’aux 5 mètres de visibilité. Dommage on approchait du but. Mais aussi du terme de cette carte touristique qui indique le sentier.  Cette même carte avec les pointillés qui vous dit en gros qu’à un moment ça fait une boucle. Mais justement, cette boucle est en dehors du plan. Juste là où je me trouve, donc je ne sais pas où aller. Donc ma bêtise ayant sa limite. Si, si je vous assure, j’ai rebroussé chemin.  En redescendant la visibilité est revenue mais ne voulant pas prendre exactement le même chemin, j’ai usé de mon super pouvoir : le sens de l’orientation. Bah oui les cartes sont pourries (ok j’aurai du acheter une carte des chemins de la région mais bon), et je me suis faufilé dans différents sentiers en suivant le même cap approximatif. Saariselka me voilà.  J’ai rendu les raquettes et suis retourné à mon café préféré.

 

Photos-3922web.jpg

Là j’aurai eu la meilleure excuse du monde pour envoyer aucune carte. Oui je n’ai pas de stylo. Mais alors pour en trouver accrochez vous. Pleins de boutiques de souvenir avec des dents et des peaux de rennes, mais un stylo ils ne connaissent pas. Bon, dans une petite échoppe la vendeuse m’a vendu un truc à 5 euros. Au final le truc à marché cinq minutes avant la panne sèche. Et au café, surprise l’américain arrive 10 mn plus tard pour retrouver sa famille.  La serveuse, dirigeante et revendicatrice de work’olic , est aussi spécialisée dans … le bavardage. Donc même si elle faisait 90% de la conversation c’était plutôt sympa d’échanger sur la Finlande. La suite du programme pour le moment je ne sais pas, j’attend de voir le temps.

 

Photos-3931web.jpg

 

Photos-3947web.jpg

Publié dans Carnet de voyages

Commenter cet article

Emilien22 22/02/2013 22:50


Quelle aventure prend bien soin de toi dans cet hiver très dur cette année. Profite en bien et bon courage pour la suite.

Fablyrr 22/02/2013 22:53



merci



Fabien 12/02/2013 20:51


Et bien... quelle aventure !
Tu vas nous revenir avec des cuisses/mollets en béton !! 

Fablyrr 13/02/2013 18:38



ouais je vais me mettre à la course à pieds... nan j'déconne, j'suis pas fou