Le pilier (JDR)

Publié le par Fablyrr

 

Il est important dans une campagne de JDR d’avoir des PNJ. Après cette grande vérité je ne vais pas cette fois vous parler des personnages créés sur le pouce puisque c’est déjà fait mais plutôt de ce que je nommerai « les piliers ». Ces PNJ ne sont pas nombreux, ils sont récurrents et ils ont une importance significative dans l’histoire… ou en prennent une par la force des choses.

 

(exposition d'Edward Hopper  - Lausanne 2010 lien)

 

Car oui, ce PNJ minute qui prend de l’importance peut devenir un pilier. Mais restons sur le pilier. Ce dernier est pour moi très important. Dans mes différentes campagnes *, j’ai pu expérimenter pas mal de personnages de premier plan et secondaires et j’en tire donc aujourd’hui quelques clichés. Quelques caractéristiques récurrentes. Ce qui est essentiel est dans un premier temps de ne pas en avoir beaucoup. En effet, plus vous aurez de PNJ de cet acabit plus vous les noierez. Hors le mass murder ce n’est pas votre truc. Ni le mien. Donc on va se contenter de peu et prendre quelques PNJ décisifs bien campés et bien fouillés. Par ce dernier point je n’entends pas un historique de 15 pages. Quelques mots clé (cf mes précédents billets sur le sujet) peuvent suffire, il faut surtout avoir bien réfléchi chaque identité. Comme u puzzle, si vous avez la forme idoine ça se met là ou vous voulez. Ici vous déciderez de qui peut être l’allié des PNJ, l’aspect d’une romance à travers un autre, un éventuel second couteau, un indic, etc.

Pour faire simple prenez vos séries tv préférez. Noter qui sont les héros, qui sont les personnages secondaires, leur allié, leur famille, leurs ennemis. A cela mettez un filtre qui s’appelle « je suis apparu plus de trois fois à l’écran ». Et là vous commencez à avoir la quintessence de ce qu’il vous faut pour vos parties. Vous pouvez évidemment installer cela dans un grand décor avec beaucoup de figurants, ou autre PNJ très mineur, mais même si ce n’est pas clair pour les PJ au début, vous vous savez qui sort du lot. Après il y a évidemment les imprévus, les surprises. Et oui cette serveuse qui est présente à chaque fois pour les PJ qui ont décidé d’un café comme QG, elle va devenir récurrente mais soit en tant que figurante ; C’est-à-dire qu’elle a son prénom sur le badge et à un trait de caractère (comme ça, elle est dans le décor et un jour vous pouvez la faire disparaître pour casser les habitudes des PJ… ça fait toujours son petit effet). Soit vous lui mettez en plus de son prénom sur le badge, une petite réplique de temps à autre, un visage et en plus vous pouvez ajouter un début d’histoire amoureuse avec un des PJ. Là elle monte en grade et devient un pilier.

 

Il vous sert à quoi ? Outre le méchant qui sera moteur de bien des choses dont vous avez l’habitude, des bons PNJ c’est un peu comme les bons rôles dont on ne peut se passer au cinéma. Comme les PNJ importants décidez par un éditeur dans une timeline. Bref c’est un moteur à scénario une eau-de-vie pour les joueurs. Oui j’ai dit eau-de-vie. Dans le sens ou cela permet d’étoffer les liens des PJ avec un entourage, d’avoir un certain répondant face à eux, de leur insuffler de la vie en somme. Mais aussi dans l’autre sens qui est le côté alcoolisé : ça rend guilleret, émotionnellement plus fort, donne un coup de fouet, réveil en cas de plan soporifique. Là encore, comme c’est de l’eau-de-vie, pour en profiter correctement il faut l’utiliser sans abus, car c’est mauvais pour la santé. Si tous les quatre matins vous sortez les piliers, ils seront dans le décor, banal, voire transparent. Dans mes parties de Vampire (White Wolf ed.), j’avais dans mes piliers le Prince de la ville. Quelle que soit l’époque ou la puissance des PJ j’ai toujours essayé de mettre une certaine distance. Pour ne pas que le dit Prince devienne le « bon copain » mais aussi pour préserver son autorité. Quelqu’un d’accessible en permanence à moins d’effets quand il apparaît ou donne un ordre. C’est un peu comme u tir d’arme à feu. Si vous vous promenez dans votre quartier et que quelqu’un tir dans votre direction vous risquez d’être choqué. Mais si, ne faites pas le gros bras c’est comme ça. Mais si vous vous trouvez sur le front en peine guerre et qu’un coup est tiré, ça sera banal pour vous. L’exemple est assez gros pour vous ?

 

Donc en résumé prenez une poignée de PNJ important, préparez les biens, enlevez le gras et le surplus. Posez-les dans le grand plat avec les légumes, mettez ça dans la campagne et servez chaud. Il vous sera peut-être demandé des assaisonnements le cas échéant pour relever le plat, pas de problèmes, vous avez toujours un imprévu à porter de main : cassage d'habitude, PNJ sur le pouce, etc.

 

 

*pour ceux qui ne connaissent pas le JDR c’est un regroupement de scénarios ayant un lien entre eux. Un peu comme une saison entière de série TV avec le même méchant.)

Publié dans Jeux de rôles

Commenter cet article