Zoo criminel (Antho. Gulf Stream)

Publié le par Fablyrr

Je continue donc ma lecture de la collection Courants Noirs (chez Gulf Stream) par l'anthologie de l'année dernière regroupant le premier volet des auteurs de la collection. Ce qui permet de découvrir les auteurs non lus et de relire ceux connus. C'est bête dit comme cela mais je trouve que c'est une excellente idée et que ça mérite donc d'être souligné.
Nous commençons avec le premier artiste de la collection, Aurélien Police qui nous gratifie d’une créature ayant pour base un chat et plein d’autres morceaux d'animaux très biens agencé. J'aime bien cette couverture qui est simple et laisse un vrai mystère sur l'anthologie, car on pourrait vraiment s'attendre à des textes fantastiques alors qu'on est dans le polar. 2trange donc, et c'est peut être le juste terme qui fait le pont entre ces deux littératures si proches.

http://www.triliock.com/forumimages/ZooCriminel.jpg


Après une brève et intelligente préface du directeur de collection on entre dans le vif du sujet avec un de mes préférés. Nicolas Cluzeau. Pour dire je ne vous parlerai que des nouvelles que j'ai le plus apprécié sur l'ensemble, toujours dans le même principe de ne pas "salir" de mes gouts les textes qui peuvent être bons selon d'autre. Mais là je vous parlerai du talentueux Nicolas Cluzeau simplement car j'ai aimé ses deux nouvelles. Oui bon la première présente un univers plus à la frontière des mondes shamaniques et musulmans comme aime à le faire l'auteur et comme il maitrise. J'ai aimé la nouvelle mais j'ai énormément plus aimée la seconde. Dans la seconde on est dans l'univers de Rouge Ténèbres pour moi. ce qui n'est pas là pour déplaire au contraire car il maitrise le sujet, les personnages et l'histoire et c'est tellement rare de lire des textes  sur cette époque et région que c'est un vrai délice. On se retrouve avec une histoire de meurtre dont un singe pourrait bien avoir l'énigme....Mais chuut je vous laisse lire Un artiste singe.

Ensuite je crois qu'il y a surtout ma préférée de l'anthologie, Qui a tué l'Okapi de Patrick Weber. Vous avez pu voir si vous suivez le blog que j'avais assez apprécié le Marteau de Thor. Et bien là j'étais vraiment cloué au siège. Bluffant. Immergeant le lecteur dans un cadre historique (la Belgique du début vingtième) avec un inspecteur grognon à souhait, une enquête fine et très originale et un plaisir à lire immense tellement c'est bien écrit et intelligemment fait. L'accroche serait de vous dire qu'on à tué un okapi, mais ç serait minimiser le talent de l'auteur. Alors je vous laisse découvrir

Je continue avec la très bonne Œil de sèche. Une lecture à différents niveau dans le milieu Venitien criminel du début du siècle aussi. L'ambiance est prenante, on se croirait à Venise. En fait il faudrait presque réunir un jour Noire Lagune et entre autre cette nouvelle pour reconstruire un cadre vénitien d'ambiance. Vraiment très bon, un chute excellente et on se laisse porter véritablement par ces langues de brumes vénitiennes bien glacée. On glisse presque vers le fantastique quand on "voit" l'île des morts et les connotations allant avec.... Bref je vous recommande aussi, chaudement (?), cette perle vénitienne de Thierry Lefèvre.

Enfin pour conclure la liste et parce qu’il est dur de ne pas en citer plus (la seconde nouvelle de Patrick Weber avec Richelieu notamment), je conclurai par celle de Béatrice Nicodème qui nous plonge dans la Révolution française, enfin plutôt dans a période de Terreur qui s'en suit. Une véritable ode aux héros du quotidien selon moi. Ces gens sans nom qui ont fait ou font tant de chose dans ces moment de crise. En plus de cela c'est mené avec un très bon rythme et des personnages très attachants. Donc elle est bien la Précieuse liberté.

Voila vous aurez compris qu'il y a à prendre et a laisser mais il y a du très on et je pense que cette antho est de très bonne qualité, pouvant plaire à un public très large et aimant la lecture de qualité.

Publié dans Critiques

Commenter cet article

charlotte 02/03/2010 23:24


Je fais suivre cette chronique à qui de droit. A propos de Béatrice Nicodème, c'est déjà ce que j'avais aimé dans Amis, entends-tu, qu'elle parle des gens du quotidien, des héors dont on
ne parle pas par exemple !