The last bear

Publié le par Fablyrr

Le dernier ours

(de Charlotte Bousquet - éditions Rageot - Coll. Thriller)

 

Il fait froid d'un seul coup. Il fait gris par ici.

Oui vous l'aurez compris, on est tout de suite aspiré par l'atmosphère du livre. Pour une fois je ne m'exprime pas sur la couverture, qui est un très bon choix iconographique même s'il est évident. L'objet livre en lui même, est beau et sa maquette est claire et propre.

Mais, repartons sur les pistes gelées du roman. Il est dans la collection Thriller, de Guillaume Lebeau, mais il pourrait très bien se trouver dans un registre d'anticipation, écologique, adolescent, adulte, ... Ce qui est sûr c'est que la dominante est thriller, mais ce qui m'intéresse dans une histoire ce n'est pas son étiquette, mais son contenu. Et le contenu, quand je me suis intéressé au sujet, voire quand il me passionne, je suis très, très exigeant. Alors mettez vous quelques secondes à ma place. Oui, là. Ici, exactement. Maintenant, je peux vous donner le verdict : je ne suis pas du tout déçu, bien au contraire !

Merci, je reprends mon siège, c'était juste pour être certain que vous compreniez bien la réussite de ce livre. Pour moi, si je dois le classer dans les livre de Charlotte, il fait parti des meilleurs. Il est puissant, immersif, dynamique, bien écrit, bien documenté et donc très intelligent.

 

 

Après une intro accrocheuse, on fait un bond de quelques années dans le futur de plein pieds dans le zoo au New Groenland. La société a évoluée dans une direction peut plaisante et l'île a perdue son indépendance. Le dernier ours est là, il se fait agresser il réagi. Tout part de ce catalyseur d'événement. Ensuite les personnages se rassemblent, se trouvent, se découvrent. C'est le début d'un mélange de quête initiatique pour l'héroïne, et d'un "road movie" pour l'équipe afin de sauver l'ours. Direction plein nord ! Mais pas le nord que nous connaissons. Celui-ci est gris, pollué et a subit le réchauffement climatique. Suspens, émotion, intrigue... J'aimerai bien voir ce film... pardon ce livre à l'écran. Là-dessus l'auteure nous agrémente son livre d'un peu de conte inuit, et de cultures des peuples du nord. Une tension qui va crescendo jusqu'au dénouement excellent, et la petite touche de fin pour rappeler au lecteur là où il se trouve, ou pourra se trouver. Que demander de mieux ?

Le petit plus pour les curieux sont les annexes en lien direct avec l'histoire : les ours, leur survie, le climat, les liens entre les deux...

 

Un roman – si vous n'avez pas encore compris – que je vous recommande vivement pour le plaisir de la lecture, l'intérêt du sujet, les émotions qu'il procure, et pourquoi pas, les idées de scénario que cela peut engendrer si vous êtes rôliste.

Publié dans Critiques

Commenter cet article