Stieg Larsson- avant Millenium (Lebeau-Rébéna)

Publié le par Fablyrr

Stieg Larsson-  avant Millenium - Lebeau - Rébéna / éditions Denoel graphic

 

Intriguant, intéressant, captivant !

 

Mais pas seulement. Commençons par le début. Au début il y a moi et Millenium. Avec tout le succès des livres et les adaptations faites, j’ai fuis ! Oui je suis comme ça, plus on me dit qu’un truc est bien, moins je suis attiré par ce dernier. Mais je vous rassure, l’inverse ne fonctionne pas. Donc c’était assez mal parti pour ce roman graphique. Mais, je suis curieux et j’essaye de combattre avec acharnement mes idées reçues. Surtout quand aux commandes il y a un ami. Donc, quand un proche publie, même si ce n’est pas dans mes envies, je vais voir, je vais fureter. Voire feuilleter ou dans un moment de folie : lire. C’est ce qui c’est passé avec ce livre.

 

http://www.denoel.fr/couv_maxi/02071374156.gif

 

 

Comme pour les romans on va commencer par la couverture, mais on va continuer par les images. La première de couverture reprend les classiques de ce qu’on peu aller chercher pour Millenium. J’entends par là que c’est bien pensé même pour un novice comme moi le matraquage publicitaire fonctionne et j’avais reconnu la jeune femme au piercing et coiffure un peu décalée. Donc là-dessus on nous pose un portrait posé comme pour une photo de Stieg et une image avec une croix gammée. On a donc les éléments d’une bonne couverture poussant à tourner la page. Et dans la composition, et dans le graphisme et l’idée. Après le style graphique de Frédéric Rébéna m’a fait penser à un illustrateur que j’aime beaucoup : Greg Ruth. Oui ma culture a ses limites et je ne connaissais pas Rébéna. Tout un dessin en crayonné avec de bon plein et délié et un grain de mine graphite que j’aime. C’est dynamique avec de la matière et le seul bémol que j’ai pu mettre sur tout l’album est la stylisation du renard que je n’ai pas aimé. Histoire de goût ? Déformation professionnelle ?

 

L’histoire en elle-même se découpe en chapitres de vie. Le découpage est bon, on se laisse porter par les dialogues et le rythme de la narration. Que du bon. Là encore, un bémol pour moi : c’est trop court. Surtout quand on voit l’annexe finale très riche sur cet auteur – on notera au passage que le frangin Larsson n’a pas air très sympathique. J’aurai aimé voir l’interrogatoire du MI6, et tout un tas d’autres choses qui ont l’air de fourmiller dans cette vie. En fait je me serais bien mangé 200 pages de romans graphiques tellement c’est bien. Un bon pavé avec pour ligne directrice cette histoire d’amour qui se termine sans mariage et cause les problèmes de succession que l’on connaît. Mais ne restons pas sur une note négative. Le roman graphique est mince, mais très bien ramassé scénaristiquement, il présente bien Stieg Larsson et me pousse à aller chercher les romans un de ces jhours pour les lires car il donne envie de soutenir ce combat contre le nazisme. Donc bravo au dessinateur et au scénariste.

Publié dans Critiques

Commenter cet article

charlotte 18/06/2012 13:20


Je n'ai pas encore eu le temps de le lire, mais j'espère pouvoir le faire d'ici fin juillet!