Retour à la vie normale

Publié le par Fablyrr

 

Nous y voilà, première journée de vie normale, sans magie, sans dédicaces. Je suis rentré des Imaginales, un sac chargé de livres dédicacés (bien matériel incontournable) et des images pleins la tête. Comme à chaque fois c’était magique : une superbe organisation et des moments de vies très sympas. Charlotte devant se rendre à Nancy pour sa première conférence le mercredi soir nous avons eu une chauffeur d’exception : Sylvie Miller. Sylvie est un des piliers du festival depuis son origine, une personne formidable avec qui j’avais déjà échangé par email et que je ne faisais que croiser à chaque nouvelle édition. Nous avons eu la chance de dîner avec elle et surtout d’avoir le temps de discuter, de tout et de rien, de sujets de fond, de pleins de choses intéressantes. Lors de se repas, il y avait aussi le peps latino de Jessica Diaz-Quiroga, traductrice interprète pour cette année invitant des hispanisants.

 

imaginales-butin.jpg

 

Ensuite tout a été très vite, mon comparse de pinceau est arrivé : le très doué Olivier Sanfilippo, rejoint par les non moins talentueuses Tatiana Domas et Sandra Violeau. Après ne réflexion devant la blancheur de la toile, une idée est sortie : le rouleau. Cette dominante jaune devait se trouver partout et nous n’avions pas de temps à perdre, du coup je me suis enfuit vers un supermarché et je suis revenu avec un rouleau et une énorme bouteille d’eau pour en faire un seau de fortune.

Le festival a ensuite suivi son cours, Charlotte (Bousquet) a enchaînée tables rondes et dédicaces, les copains sont arrivés, de nouvelles têtes plus ou moins connues sont venues s’y greffés et nous avions pour le coup une superbe tablée au calme pour le dîner de samedi soir. Même si Maxime (Coulombe) me reprendrait probablement par le terme « Souper ». Probablement le sujet de son prochain livre… Nous avions donc : Mélanie (Delon) & Jean-Philippe, Nicole & Jean-Claude (Vantroyen), Axelle (Gaulupeau), ce même Maxime du Québec, évidemment Charlotte, mais aussi Sandra (Violeau) &  Victor (option serial killer).

Ca fait un peu « name droping » lâché comme ça mais c’est parce que je ne vous parle pas de la suite au bar à vin où nous avons rejoint d’autre célébrité pour un moment très convivial. Dimanche venu, nous avons gardé le rythme des dédicaces, peinture à la fresque et rencontres et finalement nous avons dû monter dans le train pour repartir.

Je ne vous en raconte pas plus car ce sont des moments qu’il faut vivre sur place. Je pourrai vous parler du staff de combat de la crêperie qui a coaché Adrien Tomas, d’une brève conversation avec Olivier Peru qui va initier un grand complot national, ou d’une valise trop vite faite qui nous a poussé à du mini shopping… Non le mieux est de venir l’année prochaine…

 

Publié dans fablyrr

Commenter cet article