Polar base – retour sur les lieux du crime

Publié le par Fablyrr

Samedi dernier, je me suis rendu à Paris Ludique. Mon objectif n’était pas de jouer à un jeu de quilles amélioré mais bien de tester un ou deux jeux et de voir des copains. Premier objectif : pas atteint. Second : atteint.

 

Mais rien n’est perdu puisque j’ai donc pu essayer en avant-première Polar base. Un jeu de carte de la Boîte à Heuh qui a été pensé par Ludovic Papaïs et Jérôme Larré. Le tout est admirablement illustré par Julien de Jaeger. Voilà tout le monde est crédité je peux terminer le billet ici. Non je plaisante évidemment. Donc on commence avec tout de même une dream team autour de la table : Yno « trop de trucs à retenir » Adventure party, Raph « j’vais me venger de la poupée gonflable » Hellywood, Arnaud « je complote avec mes pilules », et moi-même. Pour tenir la chandelle il y avait Julien « j’e n’explique pas les règles », Ludovic « tu connais Fablyrr ? » et Jérôme « il est beau mon œuf Tenga ».

Le jeu en lui-même a pour base une équipe de scénaristes (les joueurs) devant raconter une histoire se déroulant dans une base polaire. Un seul scénariste du film sanglant sera retenu au final. Mais, ce n’est pas aussi simple que cela. Chaque joueur à son acteur fétiche qu’il doit mettre en avant dans l’histoire et on commence tour à tour par raconter l’histoire par la fin. Qui est le début du film. Attention suivez sinon vous n’allez rien comprendre mais je n’ajouterai pas les versions avancées/alternatives de Jérôme pour faire plus simple.

À la fin d’histoire, donc le début du scénario, un joueur doit donc commencer par tuer le personnage interprété par son acteur. Car oui tout le monde doit mourir. Il raconte décrit donc cela comme un scénariste avec des plans etc. Pour pimenter cela, il doit placer une carte objet qu’il a dans sa main. Mais entre deux, les autres joueurs peuvent lui passer une carte durant sa narration (maximum deux par tour sur le même joueur) en lui posant une question :

 

 

polarBASE.jpg

 

Exemple : Angus, le personnage de Raphael sort de la base, marche un peu dans la neige et se muni des ses lunettes de visions nocturne, pour… / Je lui glisse une carte avec la question « mais que fait-il de cette paire de lunette nocturne au quotidien ? / La carte représente une poupée gonflable et lu doit se débrouiller pour répondre à la question en incluant cela dans son histoire.

 

Vous commencez à saisir ? Bon et bien le joueur suivant fait de même mais doit inclure les éléments de l’histoire du futur chronologique. Donc si vous avez suivi, ce que vient de raconter le joueur précédent. Au bout de quelques tours de mauvaises fois ou à chaque tour les joueurs votes pour la narration la meilleure (sauf pour sa propre histoire) on fait un dernier tour avec une conclusion. Là on votera pour la meilleure conclusion, et celle mettant le mieux en avant un acteur. AU final on compte les votes.

 

Histoire d’ajouter un peu d’amusement là-dessus au début du jeu chaque joueur défini un trait de caractère pour le personnage à sa gauche. Trait qu’il faut prendre en compte pour la narration. Et enfin, le meilleur dans tout ça est le potentiel de mauvaise fois que l’on peut dérouler tout au long de la partie.

 

Donc oui c’est un bon jeu que j’ai pu recommander sur place. Avec un bon rythme, de bonnes idées de cartes, de belles cartes et qui a aussi – a contrario d’autres jeux de carte scénarisant de films d’horreur de série Z – l’avantage de ne pas être répétitif et donc on ne se lasse pas. En bonus, commère le disais une bonne tablée, du soleil apporté par les deux sudistes… Que demander de plus à part une avancée de date de sortie de Polar base... Si comme moi vous aimez raconter des histoires avec une ambiance décalée, slasher, film d’horreur ou autre trucs bizarres… Surveillez la Boîte à Heuh !

 

Présentation du jeu ici

Publié dans Jeux de rôles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article