Petit billet de « vacances »

Publié le par Fablyrr

 

Écriture ou dessin, à un niveau professionnel c’est plus qu’une randonnée, c’est un périple. En ce moment, je boucle des projets, certains sont chez les éditeurs, d’autres débutent, et tout ça loin de chez moi. Presque sur les routes. Peut-être sont-ce mes lectures du moment qui me font penser ça, mais c’est lent, pas à pas, ça avance ?

La route est longue, on sait quand elle commence, on voit des croisements, on les emprunte ou non, avec plus ou moins de succès et de bon sens. Mais la route elle, elle se perd à l’horizon. Autour, des champs à perte de vue. Se terminera-t-elle un jour ? Je ne l’espère pas, car sans cette route, on ne peut avancer.

 

 Et pourtant, parfois, marcher avec le vent de face, c’est pas facile. Des papiers s’envolent, on se les prend en plein visage. Mais il y a aussi les fleurs des champs qui virvoltent avec l’air chaud d’été. Le soleil pointe son nez. Il fait chaud sous le cagnard, les planches de scénario trainent, elles dégoulinent d’une tiédeur intellectuelle : il faut tout corriger. Une goutte cérébrale tombe : il faut revoir la fin. Puis on boucle cette version. Une fraîche ondée tombe. La dernière version ? Peut-être.

On fait une pause. Se gargarise en faisant un billet de blog, car peu de temps avant, on a aussi bu une bonne gorgée d’eau en mettant la note finale sur un roman jeunesse.

Dernière version ? Peut-être.

 

Sortons du sentier de l’écriture.  Jouons un peu sur les prochains livres de jeu de rôles à faire. On cogite. Ouch ! Le soleil brésilien, les embruns vénitiens, l’air glacé de Ter. Il y a de quoi faire.

 

Reprenons la route. Posément.

Aller trop vite ne sert à rien. Dans l’édition, il y a des limitations de vitesse. Les dépasser, comme partout, n’apporte rien de bon. On tombera forcément un moment sur une voie plus rapide, il faut juste trouver le bon embranchement. Mais en l’attendant, il faut avoir le bon équipement pour marcher. Alors lire, pour apprendre, découvrir. Croquer, monuments et personnes. Animaux à dessiner, aquareller.

Même si parfois on subit un gros grain de marin, il faut garder le cap. On n’est pas non plus chez Mac Carthy. D’ailleurs, en parlant de reprendre la route, cette petite parenthèse bloguesque se termine. Faut se remettre en chemin…

Publié dans fablyrr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article