Los ANgeles Noir - Asphalte

Publié le par Fablyrr

Los Angeles NOIR

C’est quoi ? C’est qui ? C’est comment ?

 

C’est une antho de chez Asphalte éditions, avec 17 nouvelles polar dirigée par Denise Hamilton et traduit par Patricia Barbe-Girault et Adelina Zdebska. Je sais que ça fait technique, froid, voire médicale comme entrée en matière mais ce sont des thèmes qu’on va retrouver et l’anthologiste et les traducteurs méritent bien d’être mis en avant vu leur boulot.

Oui, vous l’aurez compris, ce livre m’a beaucoup plus. J’avais lu la première de la série sur Paris qui m’avait fait une très bonne impression mais avec des textes, comme dans toute s les antho qu’on aime et d’autre non. Là j’aime tous les textes. On retrouve les clés du polar américain. On retrouve des clichés, des classiques, des surprises. Tout cela est mené de main de maitre par tous les auteurs. Comme toutes les antho de la collection ont à une petite carte d’entrée pur ne pas se perdre et dans les bonus du livre c’est bien sympa, autant que la playlist pour lire les textes. Je reste avec un gros faible pour la nouvelle traitant de l’immigration coréenne et celle se passant sur les star dans les lacets de Mulholland drive. C’set assez difficile d’en parler à froid comme ça. Mes souvenirs sont de quelques mois mais ils restent bons et sont une très bonne inspi pour les jdr de flics ou pour le simple plaisir fde la lecture si on aime le genre noir américain. Donc oui, si des rôlistes lisent ce billet, comme inspi Hellywood ça marche aussi carrément bien, pour les autres, rien que quelques enquêtes lues vous donneront des idées pour autre chose. Pour le lecteur non rôliste, si vous ne connaissez pas trop le polar américain, c’est une excellente porte d’entrée car en plus comme toute antho on découvre des auteurs….en tout cas moi.

 

http://www.alibimag.com/wp-content/uploads/2011/01/LANoir1.jpg

 

Donc voilà, Asphalte nous donne à lire du très bon, et encore à souligné, du très bien traduit. Du coup j’en oubli presque de parler du style graphique de la couverture qui fonctionne très bien et a fait tourner quelques têtes dans le métro quand je lisais ce livre.

 

Vivement la suite car j’ai entendu parler d’un Rome Noir mais pour ne pas partir trop loin il y a je crois un Brooklyn Noir en arrivée…

Publié dans Critiques

Commenter cet article

charlotte 07/03/2011 18:43



Et je devrais si tout va bien lire un Londres noir, un de ces jours