Jouer avec la tv

Publié le par Fablyrr

Cette petite paraphrase du thème "jouer avec l'histoire" traité en livre il y a maintenant un peu de temps aborde la même catégorie : le jeu de rôles. Dans l'étude des codes et codifications de genre on peut se rendre compte qu'en partie on se sert pas mal de référence télévisuelle ou sinématographiques. Que cela soit pour décrire despersonnages, des ambiances ou encore par simple inspiration.  Pour ma part j'utilise d'autres axes en partie comme par exemple de prendre pour argent comptant les présentations juridico-policières présentées. Ca permet d'avoir des références communes, d'avoir une logique globale et ede ne pas s'arracher les cheveux avec des questions procédurières hyper réalisteset inutile à mon sens en partie. En totu cas c'est le parti pris pour Nécropolice. Mais ce n'est pas tout, car dans la première version du jeu j'avais ajouté une petite règle maison (qui n'existera pas dans la version publiée du jeu mais qui tourne à ma table) et qui me paraît sympathique de vous présenter pour ajouter au dynamisme de chaque coté de l'écran du meneur de jeu :

Générique

Afin de rendre un coté série tv, je fais en sorte d'avoir une petite introduction narrative ou participative et implicitement je gère donc ce que j'appel par défaut le "générique". C'est donc une règle en soit. On part du principe qu'il y a des protagonistes récurrent et donc qu'ils sont au dit générique. Chaque scénario possède donc ses "acteurs" (scénario pas séance de jeu) et l'idée est de dire que les jouerus ont une possibilité d'agir sur la liste des protagonistes.

Le principe de générique est avant tout participatif. Au moment de l’introduction du scénario un joueur pourra ajouter une personne de son choix au générique, que vous devrez alors intégrer pleinement dans le scénario. Pour cela il suffit de suivre les instructions suivantes :

 

Difficulté de l’épisode.

La difficulté d’un scénario s’échelonne de 1 à 5 en prenant compte de la difficulté de l’intrigue et de sa dangerosité. Une simple enquête sans risque sera de niveau 1, une enquête normal avec un danger mortel ou une intrigue très compliqué à ramification politique avec un peu de danger sera de niveau 5, etc. Une fois que vous avez défini la difficulté de votre scénario vous en fait part aux joueurs avant votre introduction.

Cette difficulté défini le nombre de dés que chaque joueur lancera. Le joueur qui fera le plus haut score en additionnant les dés aura alors la possibilité d’intégrer un personnage de son choix dans l’épisode.

Cette règle peut donner des informations supplémentaires sur ce que vous avez prévu pour eux et donc aussi les influencer pour le choix du personnage à ajouter au générique. Vous pouvez cependant ignorer celle-ci pour résumer à :  1 dé chacun et le plus haut choisi ou simplemnt chaque joueur choisi à tour de rôle un nom, etc.

Intégration du protagoniste

Le joueur ajoutant le protagonsite pourra l'intégrer par une description ou simplement un nom. Ce qui peut lui permettre de mettre en valeur un personnage du propre passé de son PJ, un de ses contact, un ennemi ou encore de créer simplement un personnage qu’il aimerait voir apparaitre dans le scénario.

Attention il n’y a pas non plus d’interdiction à ce que les joueurs s’entendent sur un individu commun, ou qu’un joueur fasse ressortir un protagoniste connu lié au personnage d’un autre joueur. Il est évident que cela doit être validé par le Meneur pour la cohérence de l’histoire, mais ce dernier se doit d’être très ouvert pour intégrer au mieux l’envi du joueur. Il faut que le joueur sente que vous avez pleinement intégrer son choix. Ainsi une simple citation dans un journal ne suffit pas, il faudra penser à un article entier, voire un article lu par un tiers le rapportant au personnage créant ainsi un instant de roleplay autour.

 

Pour cela le Meneur à tout un panel de possibilité qu’il peut utiliser :

-          Le flash back : pouvant aider à la mise en place d’un personnage à venir sans que celui-ci apparaisse de nulle part, simple outil pour parler d’un protagoniste décédé ou encore utilisable pour remémorer une scène déjà vécue par les personnages avec l’individu choisi pour leur rafraichir la mémoire.

-          Les médias : intégrer un protagoniste peut aussi être simplement en parler dans des médias que cela soit à la radio entendu dans une voiture ou à la télévision ou sur un site internet. Cela peut ainsi permettre là encore de parler d’un décédé, mais aussi d’une personne importante que les PJs ne rencontreront pas forcément directement, ou alors d’un ennemi en cavale qui à commis un nouvel acte criminel à l’autre bout du pays, signalant ainsi sa position.

-          Le hasard : le hasard permet de jeter le protagoniste directement dans les pattes du ou des PJs. Cela peut être un simple accident de voiture avec eux, ou lors d’une arrestation ou il se trouve, pour bien accentuer cela il suffit d’intensifier le fait que c’est un hasard, ou une manipulation tellement grosse qu’on peut se poser des questions. En tout cas, la rencontre n’est pas banale.

-          Surnaturel : Là encore on peut se servir dans les protagonistes décédés, mais cela peut aussi mettre en exergue le fait qu’un individu qu’ils auraient mis en prison y soit mort, créant ainsi la surprise générale. Ou cela peut être un simple fait surnaturel se rapportant au protagoniste intégré. Et si le contact en question ou le criminel recherché du scénario précédent avait une maison hantée ? Vous l’intégrez mais le personnage n’apparait pas directement.

 

Au final le principe est sensé amener de nouveau moment de jeu, pas une contrainte, donc il ne faut pas s'enfermer non plus dans un système qui ne vous correspond pas. Ca permet auxx joueur de poser aussi leur emprunte  dans la partie comme le meneur le fat avec des situations qu'ils pose àaux joueurs, ces derniers lui rende en quelque sorte avec cette improvisation.

 

Publié dans fablyrr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article