Finlande - Lapland jour 2

Publié le par Fablyrr

J’ai donc été sortir les chiens, ou l’inverse. Vers 10h30 un van légèrement tunné à l’intérieur (spot bleus, haut parleur au plafond…) est venu me chercher. A bord il y avait déjà un couple lituanien ; Cinq minutes de route plus tard on était arrivé à la ferme aux chiens. Au tant vous dire qu’ici la neige n’est pas un problème pour conduire, voire conduire un peu vite, mais on s’en serait douté. Sur place nous sommes passés à l’habillage. Qui aurait pu croire qu’avec mon équipement polaire triple épaisseur ça suffirait. Non j’ai gagné en plus de tout ça une combinaison intégrale, des moufles et des chaussures. Bien équipé et en attendant le reste de la troupe on a fait un tout petit tour du propriétaire pour aller voir les « puppy ». Des naissances du moment et particulièrement le petit qui n’avait toujours pas ouvert les yeux. Sur chaque cage des noms. Au contraire des chevaux, ici pas de lettre par année, mais plutôt un couple de lettre de début par période histoire de différencier tout le monde. Car ici il y a un peu plus de 200 chiens. Quand on sait que chaque chien a sa place dans l’équipage, faut pas rigoler. Oui, sommairement, sur une meute de six, ils sont répartis en trois positions : devant les leaders, puis un second rang et un dernier. Ca ne veut pas dire qu’il y en a qui tire mieux que d’autre, c’est juste une place. Le petit plus c’est quand le chiens est un alpha, il a un mental plus fort et c’est lui qui commande.

 

Photos-3798WEB.jpg

Une fois tout le monde arrivés et préparé nous avons eu un cours sommaire de traineau. Une personne dans le traineau bien à l’intérieur sans un bras qui dépasse car sinon il est bon pour une branche le cas échéant. Le positionnement pour diriger un attelage et le frein. Pour le positionnement on se débrouille un peu et on comprend assez vite de quel coté se pencher une peu plus pour les virage. Il faut comme en voiture ou à cheval garder une distance de sécurité avec les autres (la longueur d’un attelage + traineau) et ne pas mettre un attelage à coté d’un autre. Tout ça intégré je me retrouvais évidemment tout seul et on me donne un traineau à diriger avec cinq chien. Au début j’ai cru que c’était une histoire de poids à tracter, mais en fait c’est simplement qu’une chienne n’avait pas envi de venir ce matin. Enfin pas envi…. Dix minute après le départ je la retrouvai libre comme l’air à galoper à coté de la meute, voire à reprendre sa place du milieu temporairement. Nous sommes donc partis. Comme le disait le guide, les pointe à 50km /h avec la vitesse, le vent partout et tout… c’est juste dan les films. Ici on peut tenir une moyenne de 15 km/h au mieux. Et donc c’est parti !

 

Photos-3811web.jpg

Blam ! C’est juste le bruit du traineau qui se mange chaque bosse ou creux. C’est pas comme à la tv ou on glisse sur une belle neige souple et grasse en ligne droite. Non ici ça tourne et ça secoue un peu même des fois. Ca réveil les muscles des bras. Deux heures à ce rythme. Une bonne boucle avec des montées ou on est obligé de courir en poussant le traineau pour alléger les chiens, les freins dans les descentes, les tournants à raz du paquet de neige, que du bonheur ! Mais les chiens c’est encore mieux pour eux. La meilleure température nous a dit le guide c’est -25, là ils seraient à fond, mais nous n’avons que moins vingt aujourd’hui. Mais pour eux c’est du fun, ils arrivent à se rouler dans la neige à chaque arrêt, se jeter gueule ouverte en courant pour boire un coup et comme pur les chevaux, au début de la mise en jambe de lâcher quelques crottes en courant.

Photos-3801web.jpg

 

De mon coté tout allait bien sauf qu’au bout d’une heure j’avais les doigts de pieds anesthésiés par le froid et une demi heure plus tard la plante des pieds que je ne sentais plus. Et pourtant bien équipé ; Du coup on se plait à aider les chiens plus souvent pour faire circuler le sang. A la fin les guides (qui sont sur des motos neiges tout le trajet) nous aident à attacher les traineaux et on a une boisson chaude et un pancake pour le debrief. Après ça retour à l’hôtel.

 

Photos-3837web.jpg

J’ai pu travailler tout l’après midi, la nuit pointant le bout de son nez à 16 heure l’après midi « visuel » passe vite. Un crochet par le restaurant du coin pour une soupe crémeuse au saumon et une préparation pour sortir au froid. Le soir, vers 23 heures, j’ai tenté la chasse aux aurores boréales vu que la période est propice. Mais une heure par -24 dans la neige, je me suis bien dis que ce n’était pas pour ce soir et je suis rentré.

 

Photos-3832web.jpg

 

nb : peu de photo car l'appareil arrivé à ces températures là tiens le choc mais ne réagit plus trop. On ne peut plus trop faire de mire automatique et avec les gants niveau manuel c'est la cata. Sans compté que même avec cette température de jour quand on arrive à le faire fonctionner, il y a la neige et la luminosité de réverbération qui bouffe un peu l'image; On verra les jours prochains ce qu ej'arrive à en tier.

Publié dans Carnet de voyages

Commenter cet article

Lace' d'argent 12/02/2013 12:30


Yeah ! Bah je suis content pour toi (et eux, d'avoir eu un passager aussi sympa). J'en suis, euh... à court de mots. Bonne neige ! (et continue de profiter !)

Fablyrr 12/02/2013 15:22