Finlande jour 0

Publié le par Fablyrr

Plutôt que de faire des comptes rendu après je vais essayer de m'y atteler directement. Là il est exactement 6h50 du matin; Je suis à l'aéroport  d'Helsinki dans l'attente de mon avion pour Ivalo (à 11h10). Oui les petits aléas du voyage; J'ai cru naïvement que je pourrais trouver un hotel pas cher en arrivant ici vers 23 heures hier au soir. Mais ici les hôtels c'est pas si simple. A l'information on m'a donné un fascicule sur les hôtels de la ville : il y en à 4 !

 

Car avant d'aller les voir j'en ai bien trouvé un dans l'aéroport, mais à 157 euros la nuit je me suis dit que c'était un peu beaucoup pour quelques heures de sommeil; Donc dans ma quête je devais rejoindre le centre ville par la navette Finnair. 6 euros trente plus tard et une bonne demi heure je me trouvais au coeur de la capitale, de nuit par moins deux degrés; Et là on m'oriente sur un hôtel "pas cher" le Inn quelquechose. Le petit problème est que c'était 163 euros la nuit; J'explique que c'est un peu cher et on me demande ce que pour moi ça peut être un low cost.Du coup j'essaye de chiffrer gentiment rapport au cout de la vie ici en centre ville et propose 80 euros. On m'oriente vers un autre hôtel pas facile à trouver; Mais il y a encore du monde et les gens du coin sont plutôt très gentil. Je trouve donc l'hôtel en question ...169 euros.... mais avec petit déjeuner inclus.

La belle affaire; je repart donc sur l'hôtel initialement donné pour des tarifs entre trente et soixante euros; Au final je trouve mon chemin et à l'accueil on me dit qu'il n'y a plus de place; Sauf en chambre commune; Je n'ai jamais été en auberge de jeunesse mais bon, résigné à une heure du matin je dis OK pour 27 euros. Mes collocataires ne sontpas encore rentré de leur petit tour et je grimpe donc dans ce lit superposé branlant. Deux minutes plus tard un homme au format Gimli arrive. Se couche. Hop. Dix minutes plus tard le ronflement de la chambre d'à côté me dit que les murs ne sont pas bien épais mais c'est supportable. Heureusement ce n'est pas dans ma chambre.... Et bien si un quart d'heure plus tard Gimli fait sont show. J'essaye de dormir : impossible; Je somnole et vers 3 heures du matin un autre collocataire arrive. Puis une heure plus tard deux autre un peu éméchés. J'en profite pour quitter le navire. C'en est trop. Je tente donc de lire mes emails grâce au wifi sympa gratis ! Et non ça ne marche pas. Tout compte fait l'homme à l'accueil me donne tout de même le tuyau qu'il y a un bus pour quatre euros cinquante qui va à l'aéroport. 

 

Photos-3776web.jpg

 

Certe ce n'est pas un car et certe il met 10 mn de plus. J'ai un peu de temps. En arrivant avant un petit déjeuner je me renseigne pour savoir si je ne peux pas troquer mon billet pour un autreplus tôt. Naïf que je suis, il n'y a qu'un vol par jour pour Ivalo. Donc ne reste plus qu'à attendre, arpenter l'aéroport tel un zombi,  voir des boutiques insipides, et des gens buvant du chamapagne et de la bière à 6 heures du matin.

A part ça tout va bien, les gens sont sympa, la neige ne bloque rien ici et je vais donc continuer sous peu vers le nord.

Publié dans Carnet de voyages

Commenter cet article

Fabien 08/02/2013 08:17


Bah alors mon garçon... T'es pas encore au point pour partir seul à l'aventure !!! Quand même, avec toutes les infos internet que l'on peut avoir sous le coude, 24h/24, tu aurais pu te renseigner
sur un hôtel avant d'arriver dans ta capitale !! Enfin bon, t'es encore jeune pour passer une quasi nuit blanche et repartir d'attaque dès ce jour... Bon courage et profite de la châleur à -1°
!!! ;-)