Du rêve avant ma naissance

Publié le par Fablyrr

Oui tout s'est passé en 1973. Mais je ne l'ai découvert qu'hier, grâce à un cadeau de fin d'année. Je parle de Lip.

C'est un documentaire de Christian Rouaud sur l'entreprise éponyme. Une entreprise française qui en ces début d'années 70 faisait des montre à eux pas de Besançon. Usine d'un peu plus d'un millier d'employé dirigée par Mr Lip, un peu trop fou pour garder le contrôle de son entreprise. Il a perdu la direction au profit d'actionnaires suisses voulant élaguer le personnel pour des raisons financières. Jusque là, rien de neuf sous le soleil, la mécanique tourne de la même façon de nos jours : virer des gens pour faire plus de profits dans les poches de ceux qui ne travaillent pas dans l'entreprise.

 

Sauf que LIP, L'imagination au pouvoir est un film qui montre comment les employés se sont battus. Rassemblés, organisés eux-mêmes ils ont pris le contrôle de l'usine en organisation latérale, sans chef. Juste des assemblées générales pour donner les axes de production de l'entreprise et ont produit et vendus sans aucun problème pendant plusieurs mois. Aventure humaine et financière qui marchait plutôt bien. Ça ne s'explique pas ça se voit. Car il faut l'avoir vécu pour pouvoir le raconter et c'est ce que fait très bien ce documentaire en donnant la parole aux acteurs de cette révolution d'usine. Une révolution sans violence (en tous cas volontaire), dans le respect d'autrui et plein d'espoir et d'exemple pour les entreprises à venir. Cela démontrait tout simplement que le principe pyramidale des entreprises n'est pas une obligation et que donner des responsabilités à des gens, faire en sorte de les impliquer fonctionne beaucoup mieux que de les traiter come des moutons, ou pire des esclaves. C'est bien, c'est beau c'est fort et quand le gouvernement de l'époque envoya un dirigeant pour reprendre la direction, ce dernier avait aussi de l'espoir, de la compréhension de ce système. Ça ne fonctionnait pas si mal, ça avait fédéré tout le pays en soutien... Puis il y a eu la crise pétrolière de 75, et Giscard d'Estaing et Chirac qui de peur que d'autres entreprises ne suivent cette réussite ont tué l'oiseau dans l'œuf. Flingué à bout portant pour raison politique. Le papa-Chichi préféré des français, comme d'autre à bien piétiné ce qui aurait pu être une belle chose, un bel exemple à suivre. Adieu les rêves, bonjour la grande finance.

 

Plus d'informations sur le film ici

 

nb : pour mes proches, le dvd est dispo pour un prêt:)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article