Différence et conséquences dans le nord viking

Publié le par Fablyrr

De Konungr à saekonungar il y a un gouffre de différences. Quoi vous ne connaissez pas ces termes ? Bon aller, je fais le prétentieux mais encore une fois sans les livres de Régis Boyer ma page serait vide de contenu sur les viking. Alors par ou commencer. Disons que pour simplifier la chose on pourrait dire que les deux termes se rapportent à un presque équivalent statut de roi. Mais oui, et c’est là que ça coince car ce n’est pas vraiment cela. En fait, la transformation des termes en « roi » est comme souvent arrivée avec les gens bien pensant de la chrétienté de l’époque. Pas que les viking aient rechignés puisque l’intégration était leur  technique favorite et naturelle pour survivre, mais c’est tout simplement fau de résumer ces deux statut en un seul et surtout en ces trois lettres. Je vais essayer d’éclaircir les choses, toujours suivant mon point de vue et ma compréhension des différents textes lus.

Konungr : C’est le terme le plus proche de roi. Sauf qu’a l’époque viking, on ne gouverne pas un territoire comme les rois du Moyen-âge. Non là on est plutôt à un niveau du fjord, et encore le fond du fjord. A partir de là, le statut lui-même, est particulier car il faut appartenir à une famille précise pour y appartenir. Kyn, ou j’imagine son dérivé anglais Kin, c’est un lien de parenté. C’est « la parentèle ». Et de kyn est issu Konungr . Vous voyez donc ou je veux en venir. Après il n’est pas précisé les familles ayant ce droit ou non et surtout pourquoi elles l’ont plus que d’autre. Ce qui nous fais passer aux deux prochains points : le premier, très court est que le principe de dynastie n’existe pas dans cette culture dans les temps anciens j’entends, et que du coup rapport à la royauté standard, cela ne peux donc pas fonctionner. Le second point serait de reprndre cette idée de famille privilégiée.

En effet, seuls ceux d’une famille peuvent prétendre à. Mais cela amène a penser qu’il y a des familles de « sang divin » et les autres. Idée qui en vaut une autre mais rapport à la mythologie nordique cela pourrait se tenir. Pourquoi dire cela ? En fait, le truc est que les prérogatives du Konungr  sont avant tout le domaine agraire. Non il ne sert pas d’animal de bas pour retourner la terre, mais par contre il est à pour maintenir la paix et amené la prospérité, le bonheur. Une sorte de protecteur du « bien », de la bonne volonté des bonnes choses pour son peuple. Ce qui ne l’empêche pas évidemment d’avoir d’autres fonction que peuvent exercer des rois « standard » notamment le maintien et respect des lois. Pour continuer sur l’idée de sacré, le Konungr  serait assimilable à une sorte de grand-prêtre puisqu’il est de son devoir de diriger/présider notamment aux rites saisonniers. Voire, on peut aussi noter la présence de roi plus ésotérique qui était des guérisseurs. Bref, on est plus proche du coté prêtrise que commandant des lois et des armées. D’ailleurs pour conclure sur ce statut une petite anecdote : un roi aurait tellement apporté de prospérité pendant son règne que les dirigeant de clans auraient dû négocier des parties de son corps pour l’inhumer chacun sur leur terre, histoire d’avoir une année de prospérité.  De là à parler de sainteté ou de relique, c’est un pas que je ne peux franchir mais qui pourrait être intéressant à fouiller. Mais passons à l’autre statut.

Saekonungar : Là c’est plus viril ! On se rapproche du terme de « Roi des mers », tellement plus proche de l’idée que se fait la chrétienté peureuse du chrisme guerrier de certains viking.  En effet par ce trme on va désigner celui qui dirige des navire et pille, mais aussi celui qui peut rassembler des navires. Avec des termes plus romantique il a été dit qu’il n » dormait jamais sus les poutres noircies par la suie », on comprendra la le style de personnage. Violent et qui fait des raids. Ce qui arrange autant les viking pour imprimer un peu plus la peur chez leur victime de raid que les européens pour dire qu’ils sont barbare (entre autre). Donc là on est plus sur le domaine martial et la guerre en temps que tel. On pourrait presque dire général des armées/flottes.

Donc pour résumer la petite histoire de l’un à l’autre il n’y a qu’un pas confus. Mais le second sera oublié par l’histoire et surtout les européens et le premier sera déformé par le temps et la chrétienté pour se faire plus politisé et au final correspondre à ce qu’on pourrait nommer, roi.

 

 Jene citerai que l'élément principal comme source : Les vikings (histoire, mythes, dictionnaire) Régis Boyer / Robert Laffont collection Bouquins 10-2008

Publié dans Histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nadège 15/01/2010 16:09


Bonjour,
excusez-moi de poster ça là, mais vous serait-il possible de mettre un avatar à la communauté que vous avez créé "Littératures de l'imaginaire"?
Ca serait plus "joli"


charlotte 15/01/2010 09:39


Merci pour cet article fort intéressant - je ne connaissais pas ces termes avant que tu en parles l'autre jour et j'aime bien cette idée de démembrement!