C’était « Mon voisin est écrivain »

Publié le par Fablyrr

 

Vu comme un petit salon de quartier par le bout de ma lorgnette aux idées reçues, c’était bien plus que cela. Contrairement à d’autres salons plus gros parfois mal organisés, j’ai pu profiter pleinement de la journée sans m’ennuyer. Entre lectures, échanges, tables rondes et rencontres, tout trouvait forme au fil des heures. Je tiens donc à remercier toute l’équipe du centre social et culturel de Paris Faubourg pour l’accueil mais aussi toute l’équipe de l’association L’île lettrée.


On ne peut pas dire que les dédicaces étaient très nombreuses, mais les rencontres ont largement remplacé ce petit manque. Un salon à échelle humaine avec de nombreux visiteurs et aussi des auteurs et dessinateurs de talents. Je n’ai pas pu discuter avec tout le monde et je le regrette, mais les événements de ce genre sont toujours à vous poser à côté d’une ou deux personnes. Ou alors vous discuter avec l’une plus que l’autre. Question de feeling, d’instant ou autre. J’ai donc un peu échangé avec Jérémie Dres, qui est une personne vraiment très sympa, réceptif, passioné d'histoire et j’espère que nous aurons l’occasion de rediscuter bientôt. J’ai échangé trois mots avec Marc-Antoine Boidin qui est si je puis dire un « copain de combat ». En effet, Marc-Antoine défend du côté de la SNAC (BD) ce que La Charte fait du côté Jeunesse. J’espère là encore que nous pourrons échanger dans le futur, et pourquoi pas agir de conserve… Ma dernière rencontre auteur si je puis dire, est Maya Mihindou avec qui j’ai beaucoup plus discuté. Maya est une personne charmante, douée et humaine. Son style original est sensible, plein de poésie et j’ai donc pris « Sabine » sont livre graphique-bd-roman graphique-conte… riche donc. Un petit bijoux visuel que je vais pouvoir dévorer à la lecture.


En dehors des rencontres et échanges avec les visiteurs et les organisatrices, j’ai pu au hasard d’une discussion sur l’importance des contes, croiser Khadija El Mahdi. Encore une femme avec une humanité débordante. Nous nous sommes trouvés des affinités qui vont au-delà du conte puisque nous avons découvert que nous agissions tous les deux avec plus ou moins d’investissement pour PRES (Pine Ridge Enfance Solidarité). Khadija a en effet un beau projet sur les contes amérindiens que je ne dévoilerai pas ici car je ne sais pas si c’est un peu secret ou non. Toujours est-il que ce sont de ces rencontres qui font les beaux salons. Voilà c’était un petit billet d’humeur à chaud car je suis fier d’appartenir à une brochette d’auteurs, comédiens,  illustrateurs et dessinateurs généreux et humains qui sont pour la richesse culturelle. Qu’ajouter à cela. Peut-être des photos à l’avenir, peut-être qu’on se retrouvera l’année prochaine. A ce moment là vous saurez qu’il faut venir… même si c’est uniquement pour visiter cette ancienne prison pour femme, ancienne léproserie, ancien bâtiment historique de Paris.

 

 

Publié dans fablyrr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article