BPRD - tome 4 « Les morts » (Ed. Delcourt)

Publié le par Fablyrr

 

Hier j’ai repris le fil d’une de mes BD préférée, à savoir le BPRD. Pour ceux qui ne connaissent pas c’est une sorte de spin off hérité de Hellboy, sans trop faire de spoiler le grand Hellboy a quitté le servi ce et il ne reste plus que les autre pour continuer à lutter contre les forces occultes dans le monde. Et ce n’est pas une mince affaire car « les grenouilles » envahissent le monde petit à petit, sans compter les nazis qui sont toujours plus ou moins présent et les démons et dieux divers qui apparaissent ponctuellement.  Le plus dur sera pour l’équipe restante, car Abe est partis à Rhode Island pour une enquête qui le poussera à retrouver une partie de sa mémoire et notamment sa femme …morte ? Grand moment d’émotion et de romantisme pour cette série surtout quand on aime ce personnage ; De son coté Liz bosse avec Johann et Roger, mais pas seulement car les budgets de l’Etat se résorbent au point de les cantonner au stricte minimum, du coup pour combattre « les grenouilles » c’est plus qu’un problème. Mais arrive un nouveau personnage. On les fait déménager dans une nouvelle base du Colorado, un résidu poste Seconde guerre mondiale ou on faisait des recherches militaires. Le nouveau personnage et Ben, tête de con, macho, un poil raciste et surtout un peu zombi sur les bords ; On n’en sait pas plus à part son passé militaire, il donne des ordres car c’est le nouveau chef de l’unité du BPRD ; Tout pour mettre Liz en rogne qui n’attend qu’une chose : le retour de Abe. Mais ça ne sera pas le cas dans cette histoire, Abe sera de son coté avec son passé et Liz devra composer avec les mystères de cette base qui renferme pas moins que la Lance de Longinus et un ancien nazi. Ce qui nous amène un gros monstre comme Mignola aime mais cette fois ce n’est ni Roger ni Hellboy qui lui mettront sur la tronche c’est Johann.  Je ne vous en dis pas plus. Donc au final bien que ce nouveau perso soit agaçant on s’y attache un peu, pour son coté mystérieux, Liz devient un peu le pivot de tout cela et Abe prend encore plus d’épaisseur (ce qui me fait penser qu’un spin off uniquement sur Abe sort en aout pour les fans). Du très bon scénario souligné par un excellent graphisme de G. Davis  et vous obtenez un album digne de la qualité excellente de cette série  avec ses monstres, ses intrigues et mystères, son questionnement sur le monstre et l’humain, une grand maitrise des mases de noir pour le graphisme et une envie d’en lire encore plus.

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article