Banquises de feu - La saga de Sakari

Publié le par Fablyrr

 

Banquises de feu, (ed. Rageot) – Guillaume Lebeau

 

Résumé : La saga de Sakari est une saga foisonnante, au souffle épique et héroïque, un roman d'aventure héritier des grandes légendes nordiques. Trois adolescents, un apprenti maître d’armes, une guerrière et un chaman, unissent leurs talents pour sauver l'empire de Thulé, promis à la barbarie par des peuplades adverses.
Cette saga, incarnée par une héroïne de feu, vous transportera aux confins du monde.

Banquises de feu : L’empire de Thulé vient de perdre la bataille contre l’armée d’Ingvar, souverain scande porté au pouvoir par des magiciens noirs. Le siège de sa capitale, Inuktitut, commence. Décidés à sauver leur peuple, Sakari, une jeune guerrière, et son ami Kaspar, petit-fils de l’empereur, partent sur la banquise à la recherche des Ursus. Car ces ours gigantesques, liés aux hommes par un pacte millénaire, pourraient leur permettre de libérer leur cité…

Ici il fait froid et on ne sait pas trop, dans les premiers paragraphes, ou on se trouve. Les points de repères pour le lecteur passent du fantastique, la science-fiction  à la fantasy au post apo'... Transgenre littéraire ?  Peut importe en quelques pages on plonge dans l'univers de l'adolescente et son comparse d'aventure. Ce roman est bon ! Mais un petit point d'abord sur la couverture. Cali Rezo a encore frappée. Une belle image  et le tout sur un papier argenté. Enfin des éditeurs qui font des efforts de papier et fabrication sur leur livre. On a donc un vrai objet de qualité en mains.

Mais revenons à l'histoire. Enfin plutôt ma lecture car l'histoire vous avez un résumé au dessus. Le seul point négatif que je trouve à ce roman est la multitude des peuples ennemis. Pour moi Guillaume aurait pu (mais peut être que les romans à suivre me prouverons le contraire) rester sur deux ou trois peuples avec des unités typiques différentes. Là on se retrouve avec des peuples inspirés des sibériens, des viking, des celtes etc...  je trouve que c'est trop pour ce que cela apporte à l'histoire. Mais bon ce n'est qu'un détail car on se laisse prendre par l'histoire et ses immensités de glace, ses rencontres polaires et le caractère tranché des personnages principaux.  En plus à la lecture j'y ai trouvé des clins d'œil (volontaires ?), sympa (Ours de Narnia, Gouffre de Helm, passage ninja, ... Alors évidemment on retrouve ces inspiration dans des cultures et mythes divers, mais en lecteur on ne se refait pas, on imagine toujours certaines références, on s'approprie le livre. Ce que j'ai particulièrement aimé, outre le peuple Ursus et les messages qui l'accompagne, c'est le rendu de la culture inuit et la pensée chaman qui passe à travers Bisoo. Un vrai plaisir de culture et de lecture, sans compter le petit lexique de fin et des petits éléments et idées que je pourrai utiliser dans Islendigar. Car s'informer sur les culture du Nord c'est difficile. Comme toutes les cultures c'est tellement riche de détails qu'on peut s'y noyer, mais ici Guillaume nage très bien et ressort des éléments très intéressants des cultures. C'est un peu court, mais je ne peux en dire beaucoup plus sans lâcher quelques secrets. En résumé, c'est donc un livre captivant qui se dévore comme une bonne coupe de glace en plein été et qui laisse le lecteur trépigner en attendant la suite. Mais comme c'est pour bientôt, c'est bien....

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article