Bas les masques (CdA n°5)

Publié le

Bas les masques est le nom du numéro 5 du gros dossier des Carnets de l'Assemblée. Alors que dire sur ce magazine de JdR venu du nord. Comme j'en avais déjà parlé il peut-être intéressant de faire le comparatif avec mon précédent article, mais pas tant que cela. Je m'explique après. Déjà, je dois bien avoué que le sujet super héros me tentait moyen. La couverture ne m'inspirait pas (question de groût pas de talent de l'artiste)....mais, de passage au Monde du Jeu, vu que CdA/Ikosa avait un stand, je me suis dit qu'il fallait soutenir la cause. Pas façon humanitaire, non, plutôt dans le sens ou j'aime ce qu'ils font en général, que j'ai adoré le dernier numéro de CdA lu et que je me suis dit que plus tad, sans soutenir, j'irai chialer de ne plus voir de magazine aussi compétent avec de l'article de fond sur mon loisir préféré. Du coup, un petit achat fait me revoilà pour vous en parler.
L'aventure commence évidemment dans le métro, car au Monde du Jeu je n'ai pas eu d'achat impulsif/compulsif comme un bon fan de JDR. Simplement que les nouveautés ne m'intéressaient pas ou étaient déjà en ma possession. Du coup, dans le moyen de transport le plus écolo et le plus crade de Paris, j'ai ouvert MON achat. Et j'ai commencé a dévoré les critiques.

J'aime bien leur critiques à CdA car elles sont intelligentes et objectives (ou quand elles ne sont pas objectives c'est précisé - cf le jdr de sword&sorcery critiqué). Bref c'est sympa, bien écris et on prend vraiment plaisir à lire les critiques, comme je le disais, à avoir un point de vu sur les jeu et autre média (bd, livre...) pour les confronter à ses gout, mais aussi pour découvrir. L'intérêt d'une critique est aussi d'apprendre à "connaitre" la personne qui l'écris, de fait, un parallèle à ses propres goût, on peut apprécier ou non l'objet mis au crible. Mais CdA c'est aussi les dossiers de fonds et les scénars/aides de jeu. Pour le dernier point ça sera sans moi rapport aux jeux de ce numéro. Du coup, il me reste LE dossier super-héros. Le truc lourd plein de poncifs, de slip et de collants moulants. Bon aller, faut s'y mettre.
Mais en fait, comme à nouveau c'est abordé avec intelligence ça se lit très bien, et c'est très captivant.

Au final, pour la critique du n°5, je dirai merci à l'intelligence des gens qui écrivent ce magazine de qualité, au maquettiste/graphiste  clair et talentueux car encore on en prend plein les yeux et on a plaisir à attendre le prochain numéro, surtout sur le beau sujet de la paranoïa. Alors pour ceux qui sont rôlistes et qui ne trouvent pas leur bonheur dans le petit cercle de magazines au kiosque, je vous invite chaudement à lire Les Carnets de l'Assemblée.

Publié dans Critiques

Commenter cet article