Francisco de Quevedo y Villegas

Publié le

A l'or considéré dans son origineet dans son prix

Ce métal, qui en brûlant resplendit
et si grande envie en faible volume enferme,
a dans les flammes abjurée la terre :
du rocher, il ne se veut plus parent.

Fondu, il montre toute sa puissance,
horreur par la ville aux montagnes empruntée,
blême paix et couteuse guerre,
venin pour l'aurore et pour le couchant.

Cet orbe infime en âpres monnaies
découpé, à l'homme dispute
l'honneur d'être un monde en abrégé.

Livide loi par qui tout est permis,
capital d'autant plus perdu que mieux gardé ;
soif, dans l'abondance même, sans rémission.


Non je ne suis pas poète. Mais j'ai remarqué que la cultuire était dénigré et que  le BlingBling fait loi. Comprendra qui pourra avec ce poème de Francisco de Quevdo qui date du 17e siècle, et tellement d'actulaité devant la cupidité humaine.
Aller, bon week-end. Je pars à la rentrée littéraire parisienne de l'imaginaire.

Publié dans fablyrr

Commenter cet article

fablyrr 15/09/2008 19:15

yep !!!

charlotte 14/09/2008 20:53

Quevedo : juste de fond et de forme, piquant, âpre et railleur...Que du bonheur!